Classement DZ Universités

La Qualité
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
14 Abonnés
Nouvelles

 

Les accords signés entre  l’université de Bab Ezzouar et quatre entreprises algériennes ont pour but spécifique d’absorber les étudiants en fin de cycle de mastère pour leurs sujets de recherche en vue d’un éventuel recrutement.

Quatre conventions de partenariat ont été signées hier entre l’Université des sciences et des technologies Houari Boumediène (USTHB), et les entreprises nationales Sonatrach, Saidal, AlgérieTélécom et Seaal.
Paraphées en marge du forum organisé à l’USTHB sur le thème «USTHB-entreprise», ces accords ont pour but spécifique d’absorber les étudiants en fin de cycle de mastère pour leurs sujets de recherche en vue d’un éventuel recrutement. Mais tous visent au final un seul objectif : le décloisonnement entre l’université et le monde de l’entreprise.

A vrai dire, jusque-là, les opérateurs économiques et les universitaires vivent dans deux mondes différents, avec des objectifs souvent éloignés. La complémentarité entre l’entreprise et l’université est inexistante, ce qui a fait que le fossé entre les deux mondes n’a cessé de s’accentuer. Ce que reconnaît d’ailleurs le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Mohamed Mebarki, lequel indique que «la relation université-entreprise a toujours été empreinte d’incompréhension, chaque partie rejette sur l’autre la responsabilité du manque d’ouverture et du déficit dans la volonté de collaborer». Autre constat du ministre : «La création de licences et masters professionnels devait répondre aux besoins directs de l’entreprise. Malheureusement, il y a lieu de constater que les dysfonctionnements persistent à ce niveau.»

Des constats qui appellent l’urgence et la nécessité, comme le souligne l’objectif des partenariats signés hier, de «renforcer la relation entre l’université et l’entreprise, la valorisation des chercheurs et scientifiques algériens et leur implication dans le développement économique du pays». Pour ce faire, M. Mebarki a profité de l’occasion pour appeler les opérateurs économiques nationaux à placer «leur confiance» dans les compétences algériennes et à «compter» sur leurs capacités. «Mon espoir est de voir les opérateurs économiques nationaux placer toute leur confiance dans les compétences algériennes», a t-il déclaré lors de ce forum.

«Le niveau de maturité atteint par la recherche scientifique en Algérie rend possible, aujourd’hui, de compter sur les capacités scientifiques nationales pour contribuer efficacement à l’effort national de développement et proposer des solutions aux nombreuses problématiques posées par la gestion de l’économie du pays», a-t-il souligné.Ainsi, à ses yeux, «beaucoup de problématiques qui exigeaient le recours à l’expertise étrangère peuvent désormais être résolues avec compétence par les chercheurs algériens».

Au demeurant, beaucoup d’entreprises publiques et privées préfèrent, pour la résolution de leurs problèmes, s’en remettre aux expertises étrangères. Ce qui est souvent reproché à nos universitaires, c’est la qualité de leur enseignement. En bref, le déclin de leurs diplômes. Le PDG de Sonatrach, Abdelhamid Zerguine, en sait certainement quelque chose. «Nous avons plusieurs conventions dont les résultats n’ont pas été à la hauteur de nos objectifs», a-t-il reconnu. M. Zerguine, pour qui «sans échanges, on ne peut pas réussir le chalenge de demain», exprime tout de même les besoins de son entreprise en matière de développement de ses ressources humaines. Sonatrach vise, dans ce cadre, le domaine de la géoscience. «Nous visons la géoscience, un objectif qui permet de développer la valorisation dans le raffinage et la pétrochimie», a-t-il précisé.

Pendant ce temps, hormis quelques opérateurs économiques et des universitaires, la salle où a été organisé ce forum, à l’université de Bab Ezzouar, est restée presque vide. Les étudiants auxquels cette manifestation était destinée à l’effet de discuter de leur avenir ont peut-être la tête et l’esprit connectés ailleurs.
 

Rabah Beldjenna

El WATAN

http://www.elwatan.com/actualite/universite-entreprise-l-eternelle-deconnexion-05-05-2014-255988_109.php


ALQIES

logo100.png

Partenaires
__________________________
ACA_Logo.jpg
__________________________
Formatic
__________________________
elabwelogo.gif
__________________________
Offre
Cliquez ici pTélécharger le chapitre de livre
 
Calendrier
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


  Nombre de membres 4 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Visites

 42481 visiteurs

 2 visiteurs en ligne

Texte à méditer :  L’homme le plus intelligent que je connaisse est le tailleur, chaque fois que je vais le voir il prend mes mesures.